Releases livret1d

TOL ERESSËA - Des fleurs de pierre au coeur du mal / 2011
Recorded by Nicolas Guerrier and Thibaut Peyrat.

Listen/Download

Here’s some distros and shop you can find it :

Clarkvsclint
Vicious Circle
le Syndrome de Galilée 

Yellow Dog Records

 

Interview

Romantic Songs (spanish)

Reviews

 Punk hardcore International

J’avais déjà dit du bien de leur démo, cette fois c’est l’album, avec une bonne production et une présentation sobre. L’ambiance est clairement à l’émo-crust, notamment à cause des voix écorchées et de toutes ces mélodies, souvent lancinantes et dépressives, qui viennent alléger les riffs crusty. TRAGEDY, REMAINS OF THE DAY, HIS HERO IS GONE et toute la clique. Mais autant ces groupes peuvent me gonfler quand ils penchent plus du côté émo que du crust, autant TOL ERESSËA bourrinent et parviennent à capter l’intérêt. C’est intense, sombre, les textes sont plutôt poétiques, dépressifs (comme la musique), pour ne pas dire suicidaires, j’aime bien, par contre je n’aurai pas craché sur un peu plus de variation à ce niveau-là.  (Yann) http://www.punk-hardcore.info/

A Thousand Trivialities

Tol Eressëa are from Toulouse. First of all, they get points from me for the Tolkein reference, all the more since it is a particularly obscure one (dig out your copy of The Silmarilion for clarification). We reviewed a couple of other French bands a couple of months back (Birds in a Row and Calvaiire to be precise) and it seemed to us that there was a quite interesting dark grind scene going on there. Tol Eressëa don’t quite fit into that mold. Des Fleurs De Pierre Au Coeur Du Mal, which they self-released last year is really more of hardcore than metal. Their music has crusty elements, but also some really compelling melodies and elements of straight hardcore. They do a good job of generating atmosphere with their slower material, counterpointing this well with faster passages, dripping with minor key melodic overlays. Their songs have a lot of variety, but at 29 minutes this is a disc that leaves the listener wanting more (which is not a bad thing I suppose).

 

 

Plus que des mots (Paulin)

kro-plusquedesmots-228x300

 

Nawak Posse (Wil)

Je ne sais pas si je l’ai déjà dit mais je trouve que l’on ne chronique pas assez de Crust sur Nawak, alors que cette scène est ultra vivante et sort régulièrement des  skeuds solides et bien  bourrins, un peu comme ce nouveau TOL ERESSEA, très influencé par ses pères prénommés TRAGEDY, MISERY ou HIS HERO IS GONE.
Le groupe navigue régulièrement entre un Crust deluxe rapide et mélodique ( » A Tale from Eternal Sea the « ) et des choses plus brutes qui correspondent plus au versant old school du Crust ( » Pandora’s Box « ). Le beat est rapide ( » Hubris « ), le chant féminin alarmiste et au taquet, accompagné de guitares brutes, 100% keupon.
On notera une magnifique cavalcade finale nommée  » The Forlorn Island « , qui donnera une idée des grosses capacités du groupe !
Enfin du Crust sur Nawak, il était temps !

 

Metalorgie (Senti)

De la sueur, des muscles crispés, des courtes nuits à même le sol, des kilomètres avalés comme des bouchées de glaise et des sourires béats de pur bonheur. Le chemin arpenté par Tol Eressea a sans aucun doute croisé un peu de tout ça depuis la sortie de leur premier disque. De la pure matière créatrice pour édifier de nouvelles bâtisses.

 Toutefois, comme pour ne pas oublier d’où ils viennent, les toulousains ont choisi d’intégrer à Des Fleurs de Pierre Au Cœur du Mal les 2 meilleurs morceaux (intégralement et habilement réenregistrés) de la demo de 2009. L’imparable et très punk hardcore « Hubris » ainsi que la tranche de bravoure qu’est « A Tale From The Eternal Sea », un titre plus travaillé et aventureux, davantage consistant, qui a allègrement labouré le terrain pour les nouvelles balafres qui font finalement tout l’intérêt de ce premier album. C’est ainsi que tout en conservant les bases d’un terreau crust punk âpre et rude, Tol Eressea a infiniment diversifié son approche. L’arbuste sauvage est devenu un roc végétal imposant dont les branches et les racines savent désormais capter la densité et la froideur du sol comme la lumière et la chaleur céleste.   »Flos Brevis » (Fleur éphémère en latin), excellent morceau très typé emo hardcore frenchy des 90’s au chant littéralement carnassier, illustre immédiatement les nouvelles cordes, touchante et filandreuses, que le groupe a su ajouter son arc. Nouvelles cordes que Tol Eressea est également capable de tresser entre elles pour accoucher de chevauchées guerrières et épiques non dénuées d’émotions douceâtres et fondamentalement humaines (« Pandora’s Box », « Words »). Le Feu garanti en concert. Malgré les déclinaisons, les nuances et une densité nettement plus élevée qu’auparavant, il n’y a strictement aucun moment duquel on peut raisonnablement s’affranchir au sein de ces nouveaux morceaux imprimés de paroles métaphoriques qui savent rester humble.

 Les ultimes mesures de « The Forlon Island », long titre labyrinthique et synthétique tirant une corde entre furie sanguinaire et recueillement solitaire, finissent de mettre en exergue la percée de Tol Eressea dans la découverte de ses propres chairs, plus sages (quoique ?) mais également plus douloureuses. Sorti en CD, Des Fleurs de Pierre au Cœur du Mal devrait rapidement voir le jour en LP grâce à une poignée de labels européens.

Collective Zine (Jakob KiTR)

With no writeup or description beyond « We are Tol Eressëa, punk band from France », I didn’t really know what to expect going into this album. Musically, it reminds me a lot of modern crust bands, particularly bands like Sanctions. The drumming is fast and furious (although not as furious as say, Resurrectionists) and the guitars are driving. The vocals, on the other hand, are much more akin to french emo bands. Some of the songs really remind of Daitro’s desperate yell/sing approach, while other songs range from spoken word to an angrier yell. Because of this, none of the vocals are as punchy as I would expect from a crust band. I feel like when I listen to a band like Sanctions, it really pushes that angry, raging feeling. The vocals on this album miss that mark. Later in the album, the backup vocals come closer to what I’d like in a crust band, but it still doesn’t really cut it. Apart from the vocals, this album is actually pretty good for what it is. Needs more angry growling.

 

myspace2

TOL ERESSËA - First Release / 2009
Recorded by Nicolas G. (The Ny-Hill Stillness)
Mastered by Yann. (The Fantastikol Hole)

Listen or/and download for free
Chroniques/Reviews

La balafre sanguinaire portée par Ekkaia n’a pas uniquement laissée des traces sur les terres ibériques. Elles remontent au moins jusqu’au sud ouest de l’hexagone. Tol Eressëa en porte les cicatrices, acerbes et encore brulantes. Du feu, puis des cendres, éternelles.

Ce premier EP des toulousains est toutefois bien loin de se contenter des retombées d’une éruption dont l’apogée appartient au passé, il concentre en 6 titres une kyrielle d’influences qui font de Tol Eressëa un équilibriste, en résonnance avec un punk hardcore virulent et teigneux, un crust punk noirâtre et sulfureux et une poignée de mélodies à se damner. Si certains titres, propulsés par une rythmique quasi fast-core et un chant nerveux, conservent du début à la fin les gênes primitifs et furieux d’un punk abrasif sans aucun compromis (« Desesperance », « No Solace »), d’autres brouillent les pistes et placent le combo sur des terrains davantage vallonnés, mais toujours bercés par le même filigrane, tissé d’une rancœur et d’une âpreté intensément palpables.
Parmi ces instants clairement plus ambitieux, il y a bien sûr « Hubris », un putain d’hymne punk hardcore épique as fuck, la faute à cette paire vocale féminine/masculine qui se rend littéralement baffe pour baffe jusqu’à épuisement, puis surtout « A Tale From The Eternal Sea », un long titre méandreux et surprenant pourfendu d’un break mélodique à se briser l’échine. Sans aucun doute un des meilleurs morceaux, qui malgré une production home-made fleurant bon le roots et le live, fait ressortir une sensibilité toute particulière et une composition largement décomplexée.

Si pour la suite Tol Eressëa parvient à rester à son meilleur niveau à chacun de ses pas, c’est à dire à conserver son énergie crue et communicative tout en se fendant d’une écriture originale, les braises pourraient bien (re)devenir des flammes. On en demande pas mieux.

Senti (http://www.metalorgie.com)

Avec un nom et une pochette pareille, ce nouveau groupe toulousain sent forcément l’emo-crust à plein nez, et les riffs qui déboulent de mes enceintes ne sont pas là pour me contredire. Y’a bien du TRAGEDY, du HIS HERO IS GONE ou du REMAINS OF THE DAY dans l’air, mais autant le style me gonfle, autant je trouve que TOL ERESSËA tirent assez bien leur épingle du jeu. D’abord, le son est bon, la musique est carrée, y’a une fille au chant, et surtout les rythmes sont soutenus, dis-beat certes, mais rapides du début à la fin ce qui fait qu’on ne s’endort pas. Pour finir, les textes sont dépressifs à souhait, sombres pour ne pas dire suicidaires, inspirés pour certains d’écrivains du début du 20ème siècle (dommage qu’ils soient un peu répétitifs). En moins d’un an d’existence, TOL ERESSËA a déjà tourné en Espagne et sorti une démo ; c’est un groupe sur lequel il faudra sûrement compter dans les mois à venir.

Yann (http://www.punk-hardcore.info/)

This is the first release from this French band and on it we find six tracks very evenly spread out over twenty-four minutes. Even though this is a new band the members have served time in many others before this – something that becomes quite apparent as it’s easy to hear that they’re no novelties when it comes to playing and creating music. Other than that, based on the prior bands I actually know of (Fatal Nunchaku and Gasmask Terror), I wouldn’t say there are any resemblances.

Musically this sort of brings me back to the 90’s Euro-crust scene and there are times when I want to compare this to a little less melodic, and somewhat heavier, version of Fleas and Lice. I would also guess that they’re inspired by the current neo-crust scene in Europe as well as a couple of regular straight up punk rock bands, mixing it all together into the fast paced and hard hitting hardcore punk that is the outcome.

Even if the music might be “neo-crust light” the lyrics are not, as there’s a lot of darkness, pain, and loneliness in them – inspired by anything from J.R.R. Tolkien and Stig Dagerman to the members own reflections and dreams, and it’s all very emo/poetic.

Personally I feel that Tol Eressëa have laid down a solid foundation musically on which they can build something big, but they’ve got some more road to travel before they’ll stand out from the crowd.

Krogh (http://www.attackfanzine.net)

Crée en 2009 à Toulouse par Jérôme et Myriam (chant), TOL ERESSEA, du nom d’une île tolkienne, joue du crust deluxe qui déménage et qui est surtout très efficace dans un style où les groupes français ne sont malheureusement pas légion…
Il s’agit donc d’un 6-titres où la couleur globale est crust mais aussi parsemée de teintes plus anarco-punk ( » Au Bord de la Mer « ) ou hardcore punk ( » Hubris « ). Immédiatement, j’ai pensé à HIS HERO IS GONE et TRAGEDY pour le côté mélodique ( » A Tale from the Eternal Sea « ), épique et passionné de l’ensemble ( » The Fall « ).
Les titres sont rapides, les guitares primitives, le son bien gras (malgré un p’tit manque de puissance due à la production) et le duo de voix féminine/masculine est à se rouler par terre !
L’on notera aussi un fabuleux hymne crust comme on n’en fait plus nommé  » No Solace  » et qui m’a particulièrement impressionné pour sa qualité et surtout pour sa patate !!!
Bref, en 6 titres TOL ERESSEA ne révolutionne pas non plus le genre mais débute par bien, voir très bien même, l’apprivoiser ce qui, n’est finalement pas si mal !
Alors si vous n’avez jamais digéré la dissolution de HIS HERO IS GONE et/ou si vous en avez marre d’attendre le prochain TRAGEDY, ce CD est pour vous et vous fera facilement patienter !

Wil (http://nawakposse.com)

0 commentaires à “Releases”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


NEW RELEASE 2011

NEW RELEASE 2011

Shows 2012

No shows

Contact

teressea(at)gmail[dot]com

Enjoy Depeche Mode |
ahlemsanfoura |
les chanteurs cools |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | gacktfordears
| mastarock
| djules